(Français) No pasaran! – Nous ne laisserons pas passer les Droites !

31. Mai 2019

Leider ist der Eintrag nur auf Französisch verfügbar. Der Inhalt wird unten in einer verfügbaren Sprache angezeigt. Klicken Sie auf den Link, um die aktuelle Sprache zu ändern.

Le résultat des élections au Parlement européen a confirmé les inquiétudes des antifascistes et des démocrates, mais a également mis en évidence les différences d’équilibre politique des pouvoirs dans les pays respectifs.

Quelques caractéristiques typiques se laissent reconnaître dans tous les résultats :

  1. La participation électorale a augmenté dans presque tous les pays européens. Ceci n’est pas le résultat d’une „euphorie de l’Europe“, mais cela montre l’inquiétude de nombreuses personnes dans différents pays que la faible participation électorale pourrait entraîner une augmentation du nombre de députés issus des partis d’extrême Droite, nationalistes et populistes de Droite. En effet, dans certains pays où le taux de participation a été élevé, les partis d’extrême Droite ont bien moins réussi que prévu.
  1. Les précédents grands partis du Parti populaire européen (PPE) ou du Groupe des partis sociaux-démocrates et socialistes (PSE) ont perdu environ 25% de leurs sièges. Cela montre une nouvelle fois que beaucoup de citoyens des pays de l’Union européenne ne sont pas satisfaits de la politique ni de l’évolution de cette politique européenne.Dans l’appel de la FIR et d’autres antifascistes européens, nous avons formulé nos critères pour une Europe différente. Nous ne voulons pas d’une Europe des entreprises et des banques, mais des citoyens et des personnes socialement faibles. Parmi les partis majoritaires précédents, les gens ne s’attendent évidemment pas à une solution aux problèmes politiques urgents. La gauche politique a également subi des pertes, notamment la défaite du parti SYRIZA et des pertes en France et en Allemagne.
  1. Les questions de politique environnementale sont devenues très importantes dans divers pays de l’UE. Les jeunes sont impliqués dans „Friday for Future“ (vendredi pour le futur) et d’autres sujets. Les partis du mouvement écologiste ont donc pu augmenter considérablement leur part de voix dans de nombreux pays. Il faut d’abord prouver que ces votes peuvent aussi être efficaces pour une politique de paix et de lutte contre le racisme systématique.
  1. Il est frappant de constater que les partis régionaux ou les partis de créneau qui défendent les intérêts individuels de groupes de personnes, sont davantage représentés au Parlement européen.Ils ne savent pas encore quelles positions ils vont prendre sur des questions plus profondes telles que la militarisation de l’Europe, le resserrement des régimes de frontière (Frontex) ou la trajectoire économique néolibérale. Mais ils devraient être le point de contact pour les initiatives politiques au niveau européen.
  1. Au cours de la période qui a précédé les élections, beaucoup ont émis l’hypothèse que les partis extrémistes de Droite et populistes de Droite pourraient devenir le plus grand groupe politique du Parlement européen. Heureusement ces „vols en haute altitude“ de Droite ont subi un atterrissage politique sur le ventre. Bien que la proportion de voix de la Lega italienne ait obtenu plus de 30% cela signifie un doublement de leurs voix. Le RN français (anciennement FN) de Marine Le Pen est devenue le parti le plus puissant en France, bien qu’elle soit bien en retard sur les résultats des élections législatives. L’AfD allemand a également augmenté son nombre de voix à 11%. Mais elle a également pris beaucoup de retard par rapport à son résultat lors des élections au Bundestag. Le FPÖ, qui a débuté en tant que parti au pouvoir, a beaucoup perdu d’influence dans le scandale de son leader, HC Strache. Dans d’autres pays également (Pays-Bas – Wilders, Danemark – Danske Volkeparti, Finlande – les vrais Finlandais), étaient à la traîne par rapport à leurs résultats précédents. En collaboration avec d’autres partis de Droite, ils ont gagné environ le nombre des mandats en plus que l’EVP en a perdus.

Globalement, on peut dire que pour la première fois de cette campagne électorale, il y a eu une large mobilisation internationale de la société – pas pour un parti, mais contre l’avancée de la Droite européenne. Les revendications de pouvoir de LePen (RN), de Salvini (Lega), de Strache (FPÖ), de Wilders (PVV), de Meuthen (AfD) et d’autres dirigeants de partis européens de Droite, qu’ils ont soulevées à plusieurs reprises au cours des derniers mois, ont mobilisé de nombreuses personnes contre ces dangers et conduit à un résultat bien pire des partis de Droite qu’ils ne l’avaient espéré.

Lorsque le gouvernement noir-bleu est arrivé au pouvoir à Vienne, il y avait respectivement 60.000 et 80.000 participants, les plus grandes manifestations et rassemblements de ces dernières années.

En France, la gauche politique et le mouvement syndical se sont non seulement mobilisés contre l’avancée de Le Pen, mais ont également lié leurs protestations à une opposition active aux réductions prévues du système socio-politique par le gouvernement Macron. Et le „mouvement jaune-ouest“ a créé une résilience sociale qui a durement ébranlé le système politique français.

Alors que la droite milanaise a mobilisé environ 15.000 participants à son „rassemblement“, à l’occasion de la journée constitutionnelle du 25 avril 2019, plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans cette ville „pour les valeurs antifascistes de la constitution et la liberté contre toutes les formes de fascisme !“

En Allemagne, la manifestation de masse „#unteilbar“ a rassemblé près d’un quart de million de participants à Berlin à l’automne 2018 et 150.000 manifestants le week-end qui a précédé les élections européennes, à l’occasion de six manifestations contre le nationalisme et pour une Europe sociale qu’en particulier des jeunes hommes étaient prêts à soutenir une autre Europe antifasciste.

À la mi-mars, des initiatives antiracistes dans toute l’Europe, avec des manifestations, des rassemblements et d’autres formes d’action créatives, avaient clairement montré qu’elles résistaient à la politique des dirigeants européens en matière de réfugiés et préconisaient une assistance humaine et solidaire.

Il ne faut pas oublier non plus que la FIR et les associations antifascistes des États membres respectifs se sont clairement fait entendre lors de cette campagne électorale avec des déclarations publiques et d’autres actions. Les déclarations communes ont été présentées dans différents pays et communiquées par les médias. Les explications ont été largement utilisées pour diffuser leurs propres appels et des appels dans différents pays. Une fois encore, il est apparu clairement que les affiliés de la FIR et leurs affiliés sont effectivement en mesure d’intervenir efficacement dans les débats et les luttes politiques et sociales.

Qu’il n’y ait pas eu de marche de l’extrême Droite, des fascistes, des nationalistes et des populistes de droite en Europe, c’est aussi un mérite du mouvement antifasciste international. Mais nous ne pouvons cependant pas nous reposer sur nos lauriers. Nous devons continuer à travailler à la mise en réseau d’associations antifascistes et d’initiatives antiracistes. Il devrait également inclure les organisations critiques pour la mondialisation et les mouvements pour la paix dans les différents pays. Et en tant que partenaire social majeur, le lien avec les syndicats s’étend également. Les expériences positives des initiatives politiques de ces dernières semaines montrent que de telles alliances sociales sont possibles. Le développer davantage devrait être un objectif commun de tous les antifascistes de „construire un vaste front démocratique et populaire“ (appel antifasciste aux élections européennes).

Nous ne laisserons pas la Droite passer en Europe !